Usagers de drogues en France : réduire l’exposition aux risques d’infection par le VHC

le 13/10/2016

La première salle de consommation supervisée de drogues ouvre en France au sein de l’hôpital Lariboisière lundi 17 octobre 2016. Un des objectifs de cette initiative innovante est de participer à la réduction des risques de contamination par le VIH et les hépatites chez les usagers de drogues injectables. Deux études récentes soutenues par l’ANRS, ANRS-COQUELICOT et ANRS-AERLI, ont montré l’importance de renforcer les efforts pour prévenir les risques chez cette population dont l’exposition au VHC reste élevée mais aussi la nécessité de favoriser le dépistage.

Cartographie régionale des usagers de drogues en France

L’exposition au risque infectieux reste très importante parmi les usagers de drogues injectables, malgré la mise en place de politiques de réduction des risques. L'étude ANRS Coquelicot, publiée en 2016, permet d’actualiser et de comparer la séroprévalence de l'infection VIH et VHC (le nombre de personnes infectées) dans plusieurs villes ou régions en France, et de distinguer des profils et des pratiques propres à chacune. Avec ces données, il est ainsi possible de savoir où et comment porter l'effort de réduction des risques.

> Pour en savoir plus sur :

- les données épidémiologiques globales

- les résultats à Bordeaux, Lille, Paris, Seine-saint-Denis, Marseille et Strasbourg

- l’interview de Marie Jauffret-Roustide, responsable de l’étude ANRS Coquelicot

Favoriser le dépistage et la prévention du VHC

Avec l'élargissement aux nouveaux traitements contre le VHC, les antiviraux à action directe, traitements de courte durée montrant une grande efficacité, la donne pourrait être changée pour les usagers de drogues, population très affectée par le VHC. Encore faut-il atteindre ces populations. L’étude ANRS Aerli montre l’efficacité d’une démarche communautaire tant pour la prévention que pour le dépistage.

> Pour en savoir plus sur:

- les bénéfices de l'accompagnement communautaire auprès des usagers de drogues injectables

- l'interview de Perrine Roux de l'étude ANRS Aerli