Organisation

Le Service Recherches fondamentales sur le VIH/sida

C'est l'interface entre les chercheurs et l'administration de l'agence. Il est composé :
  • d'une responsable : Livia Pedroza-Martins,
  • d'une responsable adjointe : Marie-Anne Rey-Cuillé,
  • d'une assitante : Mariane Abdallah : tél. +33 (0)1 53 94 60 16
Le service est chargé d'organiser l'évaluation et l'animation de la recherche fondamentale en étroite collaboration avec les structures ad hoc : les comités scientifiques sectoriels (le CSS1 et le CSS2), les actions coordonnées (AC) et les groupes de travail.

L’évaluation de la recherche

Les projets de recherche fondamentale sur le VIH soumis aux appels d'offres bi-annuels sont évalués par des Conseils Scientifiques Sectoriels, en l’occurrence le CSS1 ou le CSS2.
Les critères d'évaluation des projets sont :

  • la pertinence aux thématiques de l'ANRS : l'ensemble des recherches fondamentales sur le VIH/sida et les SIV (simian immunodeficiency virus), les recherches sur les autres rétrovirus dès lors qu'elles sont utiles à la compréhension de la physiopathologie de l'infection par le VIH et les recherches sur les aspects du système immunitaire humain qui affectent les interactions hôte virus.
  • la qualité scientifique et technique du projet de recherche
  • la faisabilité du projet
  • l'originalité et l’impact du projet

  • l'éthique
  • le budget

Le CSS1 "Interactions hôte-virus VIH"

Le CSS1 examine et évalue les dossiers relatifs aux recherches fondamentales en immunologie, virologie, biologie cellulaire et les recherches vaccinales d'amont, in vitro, ex vivo et chez l'animal, sur le VIH/SIV.

Président : François Clavel, UMR-S-941, Hôpital Saint-Louis, Paris
Vice-président : Monsef Benkirane, CNRS UPR 1142, Montpellier

Le CSS2 "Biologie structurale et génétique moléculaire"

Le CSS2 examine et évalue les dossiers relatifs aux recherches en virologie fondamentale, biologie structurale et génétique moléculaire sur le VIH/sida.

Président : Monsef Benkirane, CNRS UPR 1142, Montpellier
Vice-président : François Clavel, UMR-S-941, Hôpital Saint-Louis, Paris

L'animation de la recherche

L'animation de la recherche fondamentale repose sur des Actions Coordonnées (AC) et des Groupes de réflexion et de travail, en liaison étroite avec le service Recherche ad hoc.

Les projets issus des actions d'animation sont soumis aux appels d'offres et évalués par les comités scientifiques sectoriels (CSS).

Au travers des actions coordonnées 31 et 32, l'Anrs incite au rapprochement entre chercheurs du fondamental et de la clinique. C’est le cas également pour le groupe de travail sur les « modèles primates ». Les activités d'animation scientifique sont centrées sur des thématiques de recherche prioritaires pour l'agence.

L'AC31 "Cellules dendritiques, immunité innée et présentation de l'antigène"

Responsable : Anne Hosmalin, Institut Cochin, Paris

L’AC31 est composée de groupes de travail, chacun pris en charge par un responsable :

Morgane Bomsel (Institut Cochin) : Entrée virale via les cellules dendritiques

Gianfranco Pancino (Institut Pasteur) : Macrophages

L’action coordonnée 31 de l’Anrs anime la recherche sur les cellules dendritiques, l’immunité innée et la présentation de l’antigène. Il est en effet indispensable d’explorer le rôle des cellules dendritiques, des macrophages et des cellules NK dans la physiopathologie de l’infection par VIH ou par le VHC. Ces cellules contribuent à l’entrée et à la dissémination du virus et à l’hyperactivation délétère du système immunitaire qui semble jouer un rôle dans la pathogénicité. Elles contribuent également à la défense anti-infectieuse innée, notamment via les Interférons de type I et d’autres cytokines. Elles sont aussi importantes pour la réponse adaptative, en présentant l’antigène aux lymphocytes T, une fonction qui doit être explorée en amont à des vues de vaccination préventive ou thérapeutique.

L'AC32 "Réservoirs VIH : formation et contrôle"

Responsables : Christine Rouzioux, Hôpital Necker-Enfants malades, Paris, et Asier Saez-Cirion, Institut Pasteur, Paris

L'AC32 réunit des équipes impliquées dans l'étude des mécanismes d'intégration et d'expression du génome viral, des immunologistes étudiant le réservoir majeur que constituent les lymphocytes et son contrôle, des cliniciens impliqués dans les recherches sur la persistance virale sous traitement antirétroviral, et engagés dans des recherches sur le réservoir établi lors de la primo-infection. Il rassemble également des spécialistes des modèles simiens et des virologues.

Le groupe de travail sur les primates non humains

Responsables : Roger le Grand, CEA, Fontenay-aux-Roses, et Michaela Müller-Trutwin, Institut Pasteur, Paris Comité de pilotage des animaleries : Nathalie Dereuddre-Bosquet, CEA, Fontenay-aux-Roses

Comité d'animation scientifique : Anne Sophie Beignon, CEA, Fontenay-aux-Roses et Remi Cheynier, Institut Cochin, Paris

Les études sur l'infection des primates non humains par les lentivirus simiens apparentés au VIH sont importantes pour comprendre la pathogenèse de l'infection chez l'homme et pour mener les études précliniques et vaccinales. Ce groupe de travail organise et tente d’améliorer ce type de recherche en s’appuyant sur des plateformes techniques et un comité de pilotage. Celui-ci veille à ce que les programmes de recherche soient menés d'une manière éthique et rationnelle. Un comité d'animation scientifique suscite les échanges scientifiques et les collaborations.

Un centre de recherche dédié à la modélisation des maladies infectieuses et thérapies innovantes (IDMIT) a été créé avec le soutien du programme national d'excellence.

Groupe de réflexion sur le sida

Comité d’organisation : Lisa Chakrabarti, Pierre Charneau, Claudine Duvivier, Marie-Lise Gougeon, Gianfranco Pancino, Asier Saez-Cirion de l’ Institut Pasteur de Paris, et Livia Pedroza-Martins de l’Anrs

Le GRS est un groupe de l’Institut Pasteur qui rassemble plusieurs départements (virologie, immunologie, biochimie structurale et chimie, médecine moléculaire,…). Il a pour but d’améliorer la communication et de mieux définir la situation des équipes pasteuriennes en matière de recherche sur le sida. Le GRS organise une réunion mensuelle autour d'une thématique VIH/sida pouvant relever de la recherche fondamentale (rétrovirologie, pathogénèse) ou appliquée (vaccinologie, antirétroviraux, immunothérapie, ...), ainsi que des séminaires. Ces réunions sont organisées avec le soutien de l’Anrs.

De grands outils pour la recherche

IDMIT (Infectious Diseases Models for Innovative Thérapies), centre de recherche sur les primates non humains

Responsable : Roger Legrand, CEA, Fontenay-aux Roses

Partenaires : CEA, Institut Pasteur, Inserm, Anrs, Bertin Pharma, Université Paris Sud XI

L’objectif principal de ce centre est de proposer à la communauté scientifique nationale et internationale une infrastructure hautement compétitive pour la recherche pré-clinique, facilitant la découverte de marqueurs d’innocuité et d’efficacité pour de nouveaux vaccins et traitements de maladies infectieuses humaines. L’objectif est aussi d’accélérer le transfert d’innovation de la recherche vers la clinique et avoir ainsi un impact sur la santé et le bien-être. Il s'agit d'un centre unique en Europe qui va permettre à la France de consolider sa position dans la compétition internationale et d'attirer les meilleurs talents. L’IDMIT fournira à ses partenaires académiques et privés un accès à ses infrastructures pour la réalisation de leurs programmes de recherche et développement, l’évaluation de nouveaux principes actifs, le développement de modèles et la réalisation d’études de faisabilité. Le respect de l’assurance qualité permettra l’industrialisation et la mise sur le marché de nouveaux produits.

Un programme et une plateforme génomique à haut débit au service de la recherche sur le VIH et les hépatites

La variabilité des manifestations cliniques montre que tous les individus infectés par le VIH ne réagissent pas de la même façon au virus et à la progression de la maladie. Certains gènes influant sur la résistance à l'infection ou sur l'évolution de la maladie ont été identifiés par une approche « gènes candidats » et par le typage de l'HLA. Plus récemment des études d'association génotype/phénotype localisant des « gènes candidats » sur l'ensemble du génome des patients par des techniques de criblage à haut débit ont été faites pour caractériser sans a priori des gènes dont la fonction contrôle ces phénomènes. Cette approche systémique est proposée aussi pour comprendre les différences au niveau du contrôle épigénétique de l'expression virale. Les différentes cohortes de l’Anrs, parfaitement annotées sur le plan clinique et dont le matériel biologique, génétique est conservé, représentent un outil précieux et très compétitif au plan international pour ce type d'étude. C'est pourquoi l’Anrs a mis en place une plate-forme de génotypage à haut débit sur le site de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, avec le concours de l'Inserm et les Universités Paris VI et Paris XI. Elle est ouverte aux projets sur l'infection à VIH et les hépatites dans le cadre des appels d'offres biannuels de l'agence. Ces études requièrent de nouvelles compétences en bioinformatique et font appel à des collaborations nationales et internationales accrues pour faire face à l'évolution rapide de ces technologies de pointe.

TOP