Nano-Vision sur l’assemblage du VIH-1

29 octobre 2019
Image
lipides membranaires
Contenu
Texte

 

Le virus de l’Immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1) utilise la cellule hôte pour créer de nouveaux virus, de la réplication de ses gènes à son enveloppe. Dans leur dernière étude soutenue par l'ANRS et parue dans Science Advances, l'équipe co-dirigée par Delphine Muriaux et Cyril Favard à l’Institut de Recherche en Infectiologie de Montpellier (IRIM, CNRS UMR 9004) a étudié la modification par le virus de cette enveloppe lipidique dans la cellule hôte. Les chercheurs ont observé sur des cellules vivantes le mouvement de lipides de la membrane cellulaire grâce à une technique de microscopie innovante permettant une résolution de l'ordre du nanomètre. Ainsi, ils ont pu montrer que la protéine d'assemblage Gag du VIH-1 interagit sélectivement avec certains lipides membranaires et les trie à son avantage.


    Comme le font habituellement les virus, le VIH-1 détourne les molécules des cellules pour les utiliser. Jusqu'à présent, il était admis que la protéine d’assemblage du VIH-1 (appelée Gag) utilisait les « radeaux lipidiques », zones bien spécifiques de la membrane de la cellule, pour former son enveloppe virale.


    Or, dans leur dernière étude soutenue par l'ANRS et parue dans Science Advances, le 2 Octobre 2019, les Drs Delphine Muriaux et Cyril Favard, en étroite collaboration avec le Pr. Christian Eggeling et le Dr. Jakub Chojnacki de l’équipe Nanoimmunology de l’Université d’Oxford (UK) et de l’Université de Jena (Germany), ont montré que cet assemblage se faisait différemment.


    La sélection des lipides de la membrane cellulaire par la protéine Gag du VIH-1 a pu être observée en direct sur des cellules immunitaires (des lymphocytes T CD4+) vivantes grâce à une technique avancée de microscopie, à haute résolution [1].


    Ainsi, ils ont pu observer que la protéine Gag interagit spécifiquement non pas avec une zone pré-définie de la membrane cellulaire, mais avec des lipides spécifiques. Gag réaliserait donc une opération de « tri » des lipides lors de la formation de l'enveloppe du VIH-1.


     « Cette étude ouvre de nouvelles perspectives sur le traitement du virus HIV-1 » explique Delphine Muriaux. « En effet, cibler les lipides spécifiquement recrutés par le VIH-1 permettrait de développer de nouvelles stratégies antivirales ciblant les étapes tardives de la réplication du virus responsable du SIDA. »

 

[1] Scanning STED FCS (scanning STimulated Emission Depletion Fluorescence Correlation Spectroscopy): Méthode de nanoscopie qui consiste à mesurer en parallèle la fluctuation des intensités de fluorescence sur plusieurs points du même échantillon.

 

Source :

HIV-1 Gag specifically restricts PI(4,5)P2 and cholesterol mobility in living cells creating a nanodomain platform for virus assembly. C. Favard, J. Chojnacki, P. Merida, N. Yandrapalli, J. Mak, C. Eggeling, D. Muriaux.  Science Advances, Oct 2nd, 2019. Science Advances, 02 Oct 2019: Vol. 5, no. 10,
DOI: 10.1126/sciadv.aaw8651

 

î Contact scientifique

Drs Delphine Muriaux et Cyril Favard

04 34 35 94 63 - Delphine.muriaux@irim.cnrs.fr et cyril.favard@irim.cnrs.fr